doc Art Net

art contemporain Languedoc Roussillon

Hors Série 1 Ça se passe près de chez vous … enfin pas si loin que ça, sur une Terrasse avec vue

without comments

Ciel bleu sans tramontane au rendez-vous de ce samedi sur la terrasse avec
vue de Véro, à l’enseigne : Chez Gilles, Place Cassanyes, à Perpignan.

Sur le plancher étroit, autour de deux tables se serre un petit groupe
bavard, le seul à faire place à quelques femmes. (Développer)
Abrités par une marquise dégarnie à qui personne n’aurait l’indécence de
demander son âge, les unes et les autres se congratulent et se félicitent de leur
activisme cyber et de leur rébellion virtuelle, sachant inéluctable et irréversible les
décisions que les édiles locaux ourdissent au cours de conciliabules interdits au
public :
– DÉMOLITION DES BARAQUES DU MARCHÉ ?
– Voté à l’unanimité…

Personne n’est dupe ! Et surtout pas moi…
Coup d’œil panoramique. Je pense à ailleurs, je songe à une personne que
je ne connais pas vraiment et qui a ses quartiers ici. Elle gueule un peu plus fort
que moi, pas de la même manière, en tout cas. (Développer)

OK ! Retour sur le périmètre un peu branlant qui saucissonne vaille que
vaille avec un seul opinel et deux assiettes. Face à nous, entre les étals et les
cabanes de fruits, légumes, pinard et triperie, foule affairée du samedi, indifférente
aux petits arrangements avec les deals quotidiens qui se négocient dans
l’échancrure d’un porche délabré, à la barbe des hommes en bleu tapis dans leur
bunker tout autant qu’à cette jeune infirme immobile dans son fauteuil, oubliée au
milieu de la rue encombrée, les écouteurs de son MP3 dans les oreilles. Je quitte
la terrasse et je m’approche. Elle balance doucement la tête : « Nostalgie is not so
glamorous » chante Marylin. Elle n’entend donc pas les sirènes qui n’escortent pas
ici le départ d’un cargo, mais préludent à l’arrivée en trombe d’un cortège de
voitures portant cocarde. J’écarte son fauteuil de justesse.
– Merci, dit-elle.
Un frisson parcourt ma nuque. (Développer : sirènes, alarmes cf. « Crois-tu
mon amour, que demain c’est la guerre ? »)

Faire diversion en goûtant l’huile d’Isabelle et Gildas.
Des tracts circulent qui en font à peine sursauter quelques uns.
Doris, l’acrobate déboulée de Suisse, elle, s’élance à leur propos, sans filets
avec son appareil photo à l’assaut de visages inconnus. Elle rebondit souplement
sur les regards évadés au-delà d’un horizon suggéré par le mouvement des lèvres.
Son dictaphone demande la permission et pirouette des uns aux autres ;
s’immobilise sur des sonorités rauques et chuintantes.
– Mais oui, on ne veut pas…

– Mais non, on veut…

La suite, en temps voulu sur : documentary.art-net.

Pierre se racle la gorge, se concentre sur la petite boule noire qui
enregistre. L’hombre commente et me surveille de loin : Be wise S, be wise…
L’ami à la canne au pommeau d’argent, qu’il se reconnaisse, y passe à son tour,
presque balbutiant lorsque lui revient de se rapprocher du micro de la fouineuse.

Celui qui s’écrit avec deux N à « cabanne » essuie la mousse de la bière sur ses
moustaches.
Patati et blablabla…
Pas facile d’inverser les rôles parfois.

Intermède :
L’un : « Julien, 2 autres verres, s’il te plait ».
Elle : « Jambon ? Pâté cabane ? »
Lui : « Passe-moi du pain et signez la pétition. Ah t’es sur fessebouque toi
aussi ? »
Une autre : «ouais… Oui, y’a l’eau courante à Saint-Jacques. Mais y’avait
pas d’ampoule aux toilettes.»

Replongée autour de moi derrière me lunettes noires : sapés comme des
princes, ce sont les habitants du quartier qui s’enroulent ce jour de printemps avant
l’heure dans de vastes écharpes. La frilosité serait-elle le nouveau virus à
endiguer ? (Les autres béent dans les bunkers creusés profonds pour vivre
heureux : ah bon ! Mais on savait pas.)

Voix off  En d’autres circonstances aussi et toujours d’actualité : « Mais on
savait rien, c’est pas not’faute ». (Développer… toujours la même histoire, toujours
les mêmes colères)

La frilosité ! Ce fameux virus transmissible au cours de traversées
périlleuses qui mettent le cap vers des contrées lointaines : AILLEURS espèrent les
poètes, les AUTRES, répondent les curieux.

STOP !
Autour de la table : Tu nous emmerdes avec tes histoires.

Donc, moi : shopping express avant démontage du marché en n’oubliant pas
l’essentiel malgré la tentation d’acheter, pour 12 € – c’est quand même pas très
cher – un colossal tractopelle.
– Salade, tomates, ciboulette… y’en a plus ma brave dame.
– Bon ben je prends la paire d’escarpins rouges… oui avec les pompons.

… A peine un peu plus tard, au soleil avec l’artychienne sur notre terrasse : « Au
fait, c’est qui Joseph Cassanyes ? ».

Sophie Tourneur Phéline

Written by Sophie

March 11th, 2010 at 5:03 pm

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.