Open Studio Helen Gaynor and Kate Whitty in Peyriac de mer

Peyriac de mer – 28 mai 2016 Kate Whitty Kate Whitty lives and works in Wexford, Ireland. She graduated BA(hons)in 2011.Her subjects are landscape and identity.She works in all medium but the series from her residency in Peyriac de Mer are watercolour paintings. Kate Whitty vit et travaille à Wexford, en Irlande où elle a obtenu un diplôme en art du Carlow Institute of Technology en 2011. shark iphone 7 phone cases Actuellement, elle se focalise sur le paysage, l’identité et l’appartenance. Elle e sert en général de tous les média de la peinture, mais pour son travail en résidence à Peyriac de Mer elle n’utilise que l’aquarelle. Helen Gaynor Having originally worked in music education, Helen Gaynor, from Wexford, Ireland, studied Fine Art (Painting) at the NCAD (National College of Art and Design), Dublin, graduating 1995, and later, Creative Writing at UCD (University College Dublin), graduating with an MA in 2013. Helen has been recipient of bursaries in both Painting and Literature, and a combination of both. Her paintings are in numerous public collections in Ireland, and in private collections in Ireland, the UK, France and the US. Along with a new body of visual work, she is nearing completion of her first poetry collection. Ayant été impliquée dans l’éducation musicale, Helen Gaynor, de Wexford, en Irlande, a étudié les Beaux Arts au NCAD (National College of Art and Design), à Dublin et a obtenu son diplôme en 1995. Puis elle a fait une maîtrise en création littéraire en 2013 à l’UCD (University College Dublin) . iphone 7 phone cases designer Helen a bénéficié de différentes bourses en peinture, en littérature, et pour une combinaison des deux.Ses peintures sont dans de nombreuses collections publiques en Irlande, ainsi que dans des collections privées en Irlande, au Royaume-Uni, en France et aux États-Unis. En plus d’une nouvelle série de travaux en art plastique, elle met la touche finale à son premier recueil de poésie.

Michel Danton Jo Winter Atelier rue du soleil Fraissé des Corbières

Expo Michel Danton, Jo Winter 4 août-5 septembre 2016 Vendredi à dimanche 16-19h Atelier rue du soleil 11 360 Fraissé des Corbières Michel Danton Jo Winter

Michel Danton est peintre, un peintre en lettres, un peintre en écritures qui ne cherche qu’à se débarrasser du sens pour donner un visage aux mots. Ce pourrait être un Dotremont qui aurait trompé Gloria avec une rose*. La rose est tirée d’un vieux dictionnaire de science naturelle. Sa définition sera réécrite sans cesse sur la toile emportée par l’élan telle une danse incantatoire, soumise à l’impatience de la main prise dans le va et vient entre lettres et couleurs. Jo Winter est peintre et sculpteur. Dans cette expo les sculptures en bois , blanches et organiques, sont confrontées à la peinture de Michel Danton. Les artistes qui ne se connaissaient pas avant ont découvert une correspondance étonnante. Quelque formes jouent avec les éléments en encre de chine de Danton, d`autres s`opposent par leur forme pure au “grouillement” des peintures.

El Camino au L.A.C.

ASSOCIATION L.A.C. LIEU D’ART CONTEMPORAIN 1 RUE DE LA BERRE – HAMEAU DU LAC- 11130 SIGEAN-CORBIERES MARITIMES TEL-FAX: O468488362 L.A.C. Narbonne CHRISTINE CLINCKX – STIJN COLE – RONNY DELLRUE -CELS GRABEELS – RENATO NICOLODI – JONAS VANSTEENKISTE La période d’exposition se situera du 26 juin au 18 septembre, ouvert tous les jours sauf mardi de : juin, juillet, août : 15h – 19h Septembre : 14h 18h Renato Nicolodi El Camino – Le Chemin entre deux points Dans l’univers entier, croyez moi, il n’est rien qui se perde, mais tout change et prend un aspect nouveau. « Naitre », c’est commencer à être autre que ce qu’on a été, et « mourir », c’est cesser d’être le même. iphone 8 case glass screen protector Les éléments ont peut-être été transportés, ceux là ici, ceux ci là bas, cependant leur somme reste constante. Metamorphoses XV, 254 – 258 OVIDE El Camino (Patrimoine mondial de UNESCO) ne possède pas uniquement une approche religieuse. Le pèlerinage, la marche, le déplacement du point A au point B font partie de la nature humaine. Le pèlerin qui chemine existe depuis les temps immémoriaux. Les femmes et hommes suivent les traces de leurs ancêtres et en laissent pour leurs descendants. Une trace nous indique le chemin, mais le but final n’est pas nommé. A l’origine le Camino était le chemin de Saint-Jacques de Compostelle parcouru par les fidèles. Aujourd’hui les raisons sont nombreuses pour lesquelles on entreprend un pèlerinage. Parcourir à pied un chemin entre deux points remporte actuellement un grand succès. La soif de performance, le fait de repousser ses limites physiques et mentales gagnent de plus en plus le terrain. Celles et ceux qui sont en route auront l’occasion de méditer, de réfléchir ou de faire un travail sur soi. De nos jours, nos vies sont souvent très matérialistes, ce qui rend très actuelle la quête spirituelle de rêve, d’accomplissement, de bonheur et d’approfondissement. Stijn Cole L’année dernière j’ai contacté 6 artistes flamands et leur ai parlé de mon projet artistique EL CAMINO – Le Chemin Entre Deux Points. Le choix des artistes n’a pas été fait au hasard, mais de façon bien réfléchie. Les artistes devaient parcourir un camino, un chemin, que ce soit de façon réelle/physique, imaginaire ou en évoquant des souvenirs. Je leur ai demandé de réfléchir à des questions fondamentales et de se questionner eux-mêmes tout au long de leur parcours. Ils devaient reporter leurs impressions dans un cahier de route, la façon dont ils les éprouvent et comment celles-ci influenc(er)aient leur processus créatif et leur pratique artistique. Cel Crabeels Les notes dans les cahiers de route nous permettent de partager le vécu des artistes. Cette évaluation leur donnera l’occasion de traduire leurs résultats dans une nouvelle approche, ou dans des innovations artistiques. Les résultats du chemin parcouru servent de base à la production de nouvelles œuvres muséales.

Venice Spescha L.A.C. Narbonne

L.A.C.LIEU D‘ART CONTEMPORAIN HAMEAU DU LAC – 11130 SIGEAN Tel-Fax 04 68 48 83 62 www.lac.narbonne.com Exposition du 10 avril au 22 mai 2016 Suspendu dans la Balance presque pas encore tout près proche de l‘évanescence un feu brûle Hanging in the Balance almost not yet near by close to dissolving a fire is burning photo:© David Huguenin Suspendu dans la Balance “Lorsque l‘on pénètre dans mes installations spatiales, les perspectives se transforment, laissant entrevoir, transparente, une forme en trois dimensions. L’alternance : être – ne pas être, d’une forme imagi-naire, naît de l’imagination et de l’expérience sensorielle du spectateur“. Traces d‘interaction | noitcaretni‘d secarT Ici, l’accent repose sur la perception de l’interdépendance entre action physique et mouvement de la pensée. La relation entre la marche et la pensée est ancrée dans l’histoire. Les élèves d’Aristote étaient nommés «Péripatéticiens» (philosophes promeneurs). L’on pense également aux longs couloirs des monastères du Moyen âge le long desquels les moines déambulaient, absorbés en dialogues et contemplation, cela en parfaite connaissance que l’effet physique créé par le mouvement consistant à poser sciemment un pied puis l’autre, favorisait le développement de la pensée. C’est ainsi que l’action de dessiner peut lui être comparable. La majorité du travail que je réalise en Atelier implique la marche. L’aller et venir ou bien la circumduction autour de l’œuvre en cours d’exécution appartiennent ainsi à l’historique de son élaboration. La marche s’imprègne dans la structure du dessin. Chaque touche d’encre de chine – une respiration – la pression et la résistance sur le papier, alors que l’outil de peinture prolongation du bras, s’empare du papier, devient l’espace explorée. Proche de l‘événement, au moment de l’action, des lignes et des points de référence prédéterminés naissent de la tension existant entre les impressions découlant du quotidien extérieur et la réflexion dans le cadre protégé de l’Atelier. Une interaction rythmée, mélange subtil de mouvement, matière et interprétation de la pensée. (V.S.) photo:© David Huguenin photo:© David Huguenin Walk About Cette installation est interaction entre espace et intervalles. Un équilibre gestuel entre le visible et l’invisible, le proche et le lointain, le fixe et le flexible, la lumière et l’ombre. Des points fixes, déterminés dans l’espace sont reliés à l’aide de fils de soie blancs, géométriquement ordonnés. Transversalement – la tension étant adaptée en conséquence – des baguettes de bambou sont réparties. De longueurs variables elles sont recouvertes d’une couche de graphite. Lorsque l’on pénètre dans l’installation spatiale, les perspectives se transforment laissant entrevoir, transparente, une forme tridimensionnelle. L’alternance : être – ne pas être, d’une forme imaginaire, naît de l’imagination et de l’expérience sensorielle du spectateur. A distance, les fils blancs alignés, se fondent dans le blanc de la paroi alors que les baguettes de couleur sombre semblent flotter dans l’espace tel un dessin au graphite dessiné dans l’air. Dans la journée, la lumière diurne diffuse un flot de lumière venue des fenêtres projetant des ombres qui entrent en interaction avec les éléments.

Without a net ( sans filet ) Caviart

Doris Schläpfer – Roger Gordon Roe caviart – Domaine d’Estarac 11100 Prat de Cest/Bages du 22/07 au 14/08 2016 ( sauf mercredi) de 15h à 18h – vendredi et samedi jusqu’à 19h constructions roger Gordon Roe dessin Doris Schläpfer “Les actions n’atteignent jamais la perfection si ce n’est dans le réflexe ou dans la rime.” Sidney Keyes. “De l’athé au moine, chacun doit lire L’llusion de dieu, de Richard Dawkins.Si son rationalisme sans merci ne vous enrage pas, à un certain point vous n’êtes probablement pas vivant.” Julian Barnes Nichés aux confins d’un des bras de la spirale cosmique de notre galaxie se trouve une insignifiante petite étoile. Il y a environ 4,7 milliard d’années, dans son attraction gravitationnelle, un infime miracle est né, notre planète bleu-vert. Les poussières interstellaires coalescentes devinrent vie et conscience. Sommes-nous seuls ? … Nous ne savons pas et ne saurons peut-être jamais. Mais plutôt que d’envoyer des messages désespérés aux origines du temps, pourquoi ne pas les laisser venir à nous. La nature évolue à travers chance, catastrophes, désintégrations et transmutations. Sans cela rien ne peut se disperser ou se régénérer. ROGER GORDON ROE travaille avec les déchets abandonnés qu’il récupère dans un rayon de quelques mètres autour de lui. Dans ses petites constructions, les cages sont grandes-ouvertes. L’espace occupe l’espace. Une litière de formes géométriques et organiques fait naître une procession de fils et de filles. Leur délicate vulnérabilité gît offerte à l’assaut du temps … ou d’un charognard passant par là … Les choses se disloquent et DORIS SCHLAEPFER les saisit dans ses lignes nerveuses, élégantes, percutantes, recyclant les morceaux cassés. Son dessin, observateur et sensible, déstabilise et élargit nos notions de valeurs conventionnelles La recherche d’un sujet n’a pas de place dans la pratique des deux artistes. Le moindre élément de leur environnement immédiat suffit à stimuler le « fil de vie » de leurs fébriles et créatives sensibilités. Aucun de ces travaux n’est en fait terminé. Chacun a la possibilité d’étendre ses ailes et d’occuper une plus grande portion de la terre. DORIS SCHLAEPFER et ROGER GORDON ROE tombent dans l’espace, ou trouvent une percée (trou de ver ou trou noir) dans le filet de notre société fonctionnelle, aseptique et sur-rationalisée. Kathleen Burlumi, Juillet 2016 Hélène Viale pour la traduction constructions Roger Gordon Roe “Actions never reach perfection but in reflex or in rhyme.” Sidney Keyes. Richard Dawkins “ The god delusion” Should be read by everyone from atheist to monk.If its merciless rationalism does’nt enrage you, at some point you probably aren’t alive. Julian Barnes Nestling at the edge of one of the outer spiral arms of our galaxy lies a small insignificant star. Around 4,7 milliards years ago, in it’s gravitational pull a tiny miracle was born, our blue-green earth. Coalesced interstellar dust became life and consciousness. Are we alone? … We do not know and may be never will. But rather than sending forlorn messages into the beginnings of time, why don’t let them find us? Nature evolves through chance, catastrophes, disintegration and transmutations. Without them nothing can disperse or regenerate. Roger Gordon-Roe works with discarded scraps recuperated from a few meters around himself. In his small constructions the cages are wide-open. space occupies space; a litter of geometric and organic shapes spawn a procession of ‘siblings’, their delicate vulnerability laid open to the assaults of time … or any passing vulture… things fall apart, and Doris Schläpfer with her nervous, elegant, and penetrating line, seizes, scoops them up and recycles the broken pieces. Her sensitive , observant drawing destabilizes and widens our conventional notions of value. ‘Looking for a subject ‘ has no place in the practise of either artist. Anything in their immediate surroundings will suffice to stimulate the ‘ live Wires’ of their febrile and creative sensibilities. None of this work is actually ‘finished’. All of it has potential to spread its wings-and cover more ground. Doris Schläpfer and Roger Gordon-Roe are falling, into space, or finding a loop- hole ( a worm-hole or a black hole) in the net of our functional, germ-free, over rationalized society.

“Suite Mexicaine” Didier Bequillard à la Maison des Arts de Bages d’Aude

Un film de Claude Mossessian

"Suite Mexicaine" Didier Bequillard à la Maison des Arts de Bages d'Aude Un film de Claude Mossessian from Didier Béquillard on Vimeo.

Suite Mexicaine du11 mars au 10 avril 2016 Maison des Arts de Bages d’Aude Suite Mexicaine C’est un grand terrain de nulle part.* Le grand damier du monde où tournent, tournent, les corps. Il faut pousser un pion et avancer son jeu, pas à pas. iphone 7 plus cases black and gold Les vieux, assis sur leurs talons aux angles des rues, à l’ombre des tonnelles le savent ; ils jouent leurs dames, en noir et blanc. L’échiquier de la vie réduit au 1/25000 devient une carte aux trésors où l’avenir surgit dans les grains de couleurs. smart case iphone 7 De points en points, des axes se tracent et dessinent les constellations d’un chemin, semblables aux sentes des animaux forestiers qui relient les terriers. C’est le parcours improbable d’un homme, dans une « ville invisible ». Il était parti seul, léger et sans attente. cat iphone 6 hard case Confiant. La mégapole se jouait de lui. Avec une douce ironie, elle orchestrait les sons acides, les couleurs franches, les odeurs crues. Il se perdait. Adorait ça. iphone 6 case liquid personalised À nouveau, il cherchait un prétexte à crayonner le monde et inventer les gammes de ses fantaisies. Le souffle de la ville était sa plus belle boîte à outils, le mode d’emploi se cachait dans ses semelles. De ses inlassables balades, il tirait le fil, cernant son labyrinthe et inventant la graphie d’une langue inédite. Les tunnels débouchaient sur de lumineuses terrasses ; les impasses donnaient naissance à de larges boulevards. Il traversait la ville comme on chante un poème, le détour d’une ruelle marquant la rime d’une strophe. star wars phone case iphone 6 Des partitions absurdes émergeaient de ses errances, l’ombre de Klee en filigrane. Au fil des pages, de grands aplats très purs apparaissaient, le bleu y était bleu, le rouge rouge. C’étaient des formes simples, précises et efficaces, que les enfants adorent. Petits puzzles où l’assemblage de chaque pièce façonne une nouvelle histoire. Jouant de ces motifs, il racontait la pluie, le vent, le soleil, la prairie dans des maquettes paysagères qui se glissent dans la poche et que l’on emporte partout. En toute circonstance, on pouvait ainsi interroger le cycle des saisons et choisir, alors, son orientation.

La fée en pierre – LV JING

CAVIART Domaine d’Estarac – 11100 Prat de Cest Lecture de Alexandre Brutus le vernissage d’exposition “Y” : c’est le nouveau projet artistique de Du Yan et Lv Ying ; Y représente le monde qui se renouvelle continuellement mais qui essaie de garder le silence et la sérénité de son origine.

poisson d’avril?

poissons morts dans la saline de Sigean Communiqué de presse N°67-16 26/07/16 Pourquoi les poissons meurent-ils dans un des salins de Sigean ? La question est sur toutes les lèvres à Sigean : pourquoi y a-t-il des poissons morts au salin de Grimaud ? Depuis quelques jours, à Sigean, une rumeur circule : les habitués de promenades au salin de Grimaud remarquent que les niveaux d’eau sont très bas, les vannes – toutes neuves – sont fermées, et les poissons piégés dans le salin, meurent. Comment est-ce possible sur ce site appartenant au Conservatoire du Littoral, géré par le Parc naturel régional et la Commune de Sigean, qu’on fasse mourir des poissons ? poissons morts dans la saline La raison est simple. Le Parc a commencé des travaux pour restaurer les ouvrages et réseaux hydrauliques des salins, ainsi que pour construire des îlots de nidification pour des espèces d’oiseaux rares et menacées. Or, pour pouvoir faire des travaux, il faut que les salins soient secs. On ne fait pas rentrer des engins dans 1 mètre de vase… Seule solution : assécher les salins avant travaux. poissons morts dans la saline Et comme les poissons (essentiellement des mulets, espèce très commune de nos étangs), eux, ne savent pas lire les panneaux que le Parc a installés, ils se sont fait avoir. iphone 6 microfibre case Écologiquement parlant, cette mortalité localisée n’a pas d’impact significatif tant les mulets sont présents en nombre dans les lagunes. Et ce n’est pas une perte pour tout le monde ! Aigrette, hérons, etc. iphone x case plastic ont trouvé là de quoi faire ripaille ! Une fois n’est pas coutume. Kattalin FORTUNÉ-SANS Responsable Pôle Lagunes et Zones humides UNE FOIS EST TROP! Bonjour Madame, J`aime bien vous donner une réponse à votre communiqué de presse et notre entretien au téléphone. Vous laissez crever les uns et vous voulez sauver les autres. Je trouve votre argumentation assez cynique. vous dites que le nombre des mulets dans l´étang est négligeable en comparaison à la mer, vous avez raison. Mais pour moi la tâche d`un biologiste et de l`homme en général ne consiste pas en comptant des individus. sa digne tâche est de préserver et protéger la nature. et surtout: de ne pas faire souffrir! poisson mort dans la saline Pour justifier votre action vous dites que des sécheresses sont aussi un phénomène naturel. en même temps vous faites ce travail pour des espèces menacées. obliq iphone 8 case mais vous savez bien que la disparition d`espèces elle aussi est un phénomène naturel. alors? Il y a des incendies de forêt depuis leur existence (par orages p.e.). alors accepter? non. La tâche de l`homme est de conserver, de sauver. mais résolument! de dire nous avons pas les moyens, c`est nul! Mettre à sec tout un étang ne fait pas uniquement pourrir les poissons. il y a une grande quantité d`autre espèces qui sont mortellement touchées quoique pas visible comme les poissons. Ce serait votre devoir d`organiser les moyens nécessaires. et de développer d`autre solutions. turquoise iphone 7 plus case A mon avis on pourrait créer des îles p. iphone 6 case anker e. avec l`aide d`un hélicoptère. une sorte de grande corbeille préfabriqué , de la transporter à sa place destinée et de la remplir de terre et tout ce qu’on veut. coopérer avec le militaire aurait l`avantage, de rendre gratuit l`opération…